Rédaction d’un rapport

Le travail dans le cadre de l’axe “Genre, Ecrans et Droit” conduit actuellement à la rédaction d’un rapport, qu’il s’agira de valoriser par une publication dans une revue juridique. Le rapport est construit autour de deux axes d’analyse du droit des médias.

Il s’agit, en premier lieu, de montrer la manière dont le droit lutte contre les stéréotypes de genre et les discours et comportements sexistes et homophobes à l’écran. L’analyse porte, dans cette première partie, sur les discours du législateur, des juges, et des instances de régulation (CSA, JDP), de plus en plus enclins à modifier les représentations de genre à l’écran (sur internet, dans les émissions de télévision ou encore dans la publicité) ce qui pose la question de l’évolution de leur pouvoir de contrôle (allant jusqu’à une limitation croissante, par la censure, de la liberté d’expression).

Il s’agit, en second lieu, d’interroger la propension du droit à construire, à travers la régulation des écrans, une certaine conception des représentations du genre et de la sexualité. La régulation de la pornographie est ici révélatrice d’une construction par le droit de la « bonne » sexualité et des rapports de genre. L’objet de la seconde partie implique donc d’étudier plus précisément la notion de représentation à l’écran. Là encore, la question de la pornographie sert de point d’appui à la démonstration : l’exclusion de la pornographie – et plus particulièrement la pornographie sur internet – du régime juridique de la prostitution (plus restrictif), montre que la représentationde l’acte sexuel à l’écran n’est pas considérée comme aussi réelleque l’acte sexuel charnel, ce qui révèle, encore une fois, une certaine manière de concevoir la sexualité et les rapports de genre.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.