Objectifs de l’axe genre, ECRANS ET DROIT

Les recherches portant sur le genre en droit sont en pleine expansion, notamment grâce à l’apport du programme REGINE. Cependant, la question spécifique de l’interaction entre le genre et les écrans n’a quasiment pas fait l’objet de contributions substantielles. Ainsi, les travaux théoriques menés jusqu’à présent offrent un excellent point de départ, épistémologique notamment, à partir duquel le projet pourra mener ses analyses.

La recherche effectuée dans l’axe 1 confirme ainsi le potentiel heuristique du concept de genre pour étudier les normes juridiques relatives à la régulation des écrans. Les travaux dans le cadre de l’axe 1 sont multiples. Il a fallu tout d’abord construire un corpus jurisprudentiel portant sur les problématiques juridiques portant sur le genre et les écrans (cas de censure ou d’interdiction, condamnations de certaines œuvres ou conduites), à travers une analyse des décisions rendues par des cours nationales (Conseil d’État, Cour de cassation et Conseil constitutionnel) et européennes (CEDH, CJUE), ainsi que par certaines instances de régulation nationale, telles que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ou le Jury de déontologie publicitaire (JDP). L’analyse de ce corpus permet de déterminer les instruments juridiques adaptés à l’influence des représentations du genre à l’écran et d’établir des recommandations techniques juridiques. Ce travail fera l’objet d’une valorisation scientifique à travers l’organisation de colloques en vue de la présentation des travaux (l’un en juin 2020 et l’autre en octobre 2021), dont les actes seront publiés.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.