Tous les articles par Georges-Claude Guilbert

Wébinaire Transformations de genre à l’écran

Dans le cadre du projet Genre & écrans, Sylvaine Bataille, Florence Cabaret et Mehdi Derfoufi organise un Wébinaire intitulé Transformations de genre à l’écran qui se déroulera en ligne via ZOOM les 13 et 20 novembre prochains.

Pour vous inscrire et obtenir le lien de connexion, vous pouvez adresser un mail à transgenrecran@gmail.com.

Voici le programme de l’évènement : Programme.

Publication : Intersectionality in Anglophone Television Series and Cinema

Toute l’équipe du projet Genre & écrans a le plaisir de vous annoncer la publication de notre ouvrage Intersectionality in Anglophone Television Series and Cinema dirigé par M. Kévin Drif et M. le professeur des universités Georges-Claude Guilbert.

Cet ouvrage contient les actes de colloque du colloque du même nom que nous avons organisé en mars 2020.

OBJECTIFS DE L’AXE REPRÉSENTATIONS DU GENRE À L’ÉCRAN

Aux États-Unis s’est développée dans les années 1990 une critique féministe post-Judith Butler (1990) consacrée au cinéma puis timidement aux séries télévisées – réactualisant la critique telle qu’articulée par Laura Mulvey en 1975, autour du regard masculin (the male gaze). Certains ouvrages sont notables pour la façon dont ils anticipent partiellement notre projet Genre & écrans, notamment ceux de Dana Heller (2007, 2013), E. Ann Kaplan (2012), Patricia Pender (2016), Yvonne Tasker (1998) ou Brenda R. Weber (2009, 2014).

En dehors des travaux de Geneviève Sellier (2004, 2009, cf. ses deux sites web) et de Georges- Claude Guilbert, quelques ouvrages et articles ont été publiés en français autour du genre à l’écran : Iris Brey (2016), Virginie Despentes (2006), Martin Julier-Costes (2014), Émilie Lemoine (2016), Virginie Marcucci (2012), Jean-Paul Rocchi (2008, 2014), Brigitte Rollet (2017). Il s’est agi souvent simplement de mettre en exergue la façon fondamentalement sexiste dont les femmes étaient représentées dans les films ou les séries télévisées. Ce type d’étude est très récent, puisqu’il n’a véritablement commencé qu’à la fin des années 1990. Nos chercheur.se.s iront plus loin, notamment en se penchant sur les représentations et mises en scène particulières de féministes, de prostituées, d’adeptes de la chirurgie esthétique, de vedettes de la téléréalité, de lesbiennes et personnes transgenre.